Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de LucileG(43)
  • : Lecture et écriture : deux activités complémentaires qui permettent l'évasion et l'expression. L'objectif de ce blog est de faire connaître et de partager nos informations.
  • Contact

Profil

  • Lucile Gauchers
  • Je me suis mise à l'écriture en Juillet 2008. Déjà parus aux éditions EDILIVRE : 
- À la lumière du pardon (2011)
- Destins - Au-delà des apparences (2012)
- Aimer à en perdre la raison (2015)
Ont suivi : En 2016 : Souffles de vies (éd. Abatos)  - La chanson de Karly (collectif LGO) - En 2017 : La dernière à rester et Piégé (auto-édition) - Déviances (éd. Abatos) - Tome 1 de l'album jeunesse : Les découvertes de Colin et de Coline (auto-édition). En mars 2018, le tome 2 : Les découvertes continuent avec Colin et Coline, et prochainement un petit recueil illustré de textes poétiques. Projets immédiats : terminer un roman commencé et les tomes 3 à 5 de l'album jeunesse. Autres projets  : deux romans (l'un en corrélation avec la Dernière à rester, l'autre une fiction historique en Haute-Loire, un troisième tiré d'une histoire). 
Grande lectrice de romans de société et de thrillers psychologiques, j'aime aussi la poésie et la musique.
  • Je me suis mise à l'écriture en Juillet 2008. Déjà parus aux éditions EDILIVRE : - À la lumière du pardon (2011) - Destins - Au-delà des apparences (2012) - Aimer à en perdre la raison (2015) Ont suivi : En 2016 : Souffles de vies (éd. Abatos) - La chanson de Karly (collectif LGO) - En 2017 : La dernière à rester et Piégé (auto-édition) - Déviances (éd. Abatos) - Tome 1 de l'album jeunesse : Les découvertes de Colin et de Coline (auto-édition). En mars 2018, le tome 2 : Les découvertes continuent avec Colin et Coline, et prochainement un petit recueil illustré de textes poétiques. Projets immédiats : terminer un roman commencé et les tomes 3 à 5 de l'album jeunesse. Autres projets : deux romans (l'un en corrélation avec la Dernière à rester, l'autre une fiction historique en Haute-Loire, un troisième tiré d'une histoire). Grande lectrice de romans de société et de thrillers psychologiques, j'aime aussi la poésie et la musique.

Recherche

Liens

24 mai 2021 1 24 /05 /mai /2021 16:48

Dimanche 13 juin : Thenon (après Périgueux), la fête du livre illustré où je présenterai mes six opus illustrés pour enfants, mon recueil poétique et un témoignage avec photos.

 

Dimanche 18 juillet : Saint Genix sur Guiers du côté de la Savoie, près de Yenne

 

Samedi 4 septembre : Mâcon (71)

 

Dimanche 19 septembre : Chamboeuf (42)

 

Dimanche 26 septembre : Prades (43)

 

Dimanche 3 octobre : Yssingeaux (43)

 

Dimanche 10 octobre : Yenne (73)

 

Samedi 13 novembre : Le Puy en Velay (43)

 

Dimanche 21 novembre : Ste Foy lès Lyon (69)

 

 

Et le marché de Noël à Yenne le dimanche 5 décembre

 

C'est tout pour l'instant.

 

Six opus jeunesse ; un témoignage ; de la poésie : un recueil poétique "Le dire autrement" et un collectif avec des auteurs de l'UERA ; plusieurs romans dont les derniers : Une sorcière des temps modernes, Histoire d'Anaëlle Binard - La vie ne l'aura pas tuée, Tuer la mère ; trois recueils de nouvelles : Souffles de vies, Déviances et le tout dernier en commun avec Martine Platarets, Les petits meurtres de Martine et de Lucile (deux auteures dans un même ouvrage).

 

MERCI DE VOTRE ATTENTION

 

Lucile Gauchers

Partager cet article
Repost0
20 mai 2021 4 20 /05 /mai /2021 15:17

Deux amies auteures, Martine Platarets et Lucile Gauchers  ont entrepris de concocter en commun un recueil de nouvelles qui vous fera voyager dans quelques villes ou régions de France, et même jusqu'à Bruxelles en Belgique !

 

Leurs petites histoires de crimes vous entraîneront vers des situations bien souvent insolites mais non irréalistes. De vengeances tardives à des meurtres gratuits ou des crimes par représailles, vous les accompagnerez dans leur sillage et rencontrerez des meurtriers de tout acabit, parfois sympathiques, bien souvent détestables.

 

Envie de dépaysement ? Alors, c'est le moment  de faire un petit Tour de France spécial en commençant par Bruxelles. Vous nous en direz des nouvelles.

 

Couverture du recueil avec N° ISBN 9798500583369 et Code barre 9 798500 583369 90000 Ouvrage vendu par Amazon et par les deux auteures

Couverture du recueil avec N° ISBN 9798500583369 et Code barre 9 798500 583369 90000 Ouvrage vendu par Amazon et par les deux auteures

Partager cet article
Repost0
5 mai 2021 3 05 /05 /mai /2021 19:54
Un nouveau roman TUER LA MERE, drame psychologique

Disponible auprès des éditions de L'ARBRE MONDE  et sur AMAZON. Un extrait ci-après :

 

Un nouveau roman TUER LA MERE, drame psychologique

Le prochain ouvrage est un recueil de nouvelles à quatre mains. Une amie très chère et moi avons concocté, chacune de son côté, des histoires de crimes qui font voyager le lecteur dans différentes régions et villes de France, jusqu'en Belgique ! Avant le tirage papier, vous pouvez déjà le trouver sur AMAZON (Kindle). Ce recueil s'intitule "Les petits meurtres de Martine et de Lucile". Alors, prêt(e) pour le Tour de France qui vous emmènera jusqu'à Bruxelles ?

Partager cet article
Repost0
25 février 2021 4 25 /02 /février /2021 13:17
Me revoilà sur mon blog.
De nombreux salons ont été annulés en 2020, ce n'est pas bien parti pour ce premier semestre, à quelques exceptions près. Je devrais être (si maintenu) le dimanche 28 mars 2021 à CULOZ (Ain), pas loin d'Aix les Bains (Savoie) et le 18 avril  qui suit à YENNE (Savoie) à proximité du Lac du Bourget.
Comme de nombreux collègues, j'ai mis à profit ce temps pour continuer à écrire. D'autres écrits sont en cours.
 
La suite du roman paru il y a deux ans "Une sorcière des temps modernes" devrait paraître pour la fin d'année et portera le titre "Le point de non-retour".
J'ai participé à un ouvrage poétique collectif paru aux éditions MaBoZa de Lyon en décembre 2020. Préface de Jacques Bruyas, président de l'UERA.
Autres projets : terminer un ouvrage romancé sur la gémellité et rédiger un roman historique romancé qui aura comme cadre le Château de Valprivas et ses environs (Haute-Loire).
 
Pendant ce temps, j'attends la parution pour juin 2021 du roman "Tuer la mère", un drame psychologique écrit en 2020 et confié aux Éditions L'ARBRE MONDE présidées par Marie Meneguzzo et dirigées par Bruno Aubert.
 
PAS DE QUOI S'ENNUYER...
 
Vous pouvez trouver trois romans aux Éditions EDILIVRE (À la lumière du pardon, DESTINS Au-delà des apparences, Aimer à en perdre la raison) ; deux romans et deux recueils de nouvelles aux Éditions ABATOS (Une sorcière des temps modernes ; Histoire d'Anaëlle Binard - La vie ne l'aura pas tuée ; Souffles de vies et Déviances - nouvelles sombres). Prochainement le sixième roman à l'Arbre Monde, le recueil poétique collectif aux Éditions MABoZa, et d'autres ouvrages en auto-édition auprès de moi :
- La dernière à rester (témoignage sur les faits principaux de la vie de ma mère) à 10 €
- Piégé (une suite inventée au film "Sueurs froides" d'Alfred Hitchcock) à 8 €
- Un Recueil poétique "Le dire autrement" à 9 €
- Des opus pour la jeunesse Les découvertes de Colin et de Coline (tomes 1 à 3 à 10 €, soldés à 8 € - Tome 4 et 5 à 12 € soldés à 10 €) et le sixième opus "Une poupée pour Nina à 12 € soldé à 10 €
MERCI DE VOTRE ATTENTION.
Au salon de Morières lès Avignon (Vaucluse) le 7 octobre 2017

Au salon de Morières lès Avignon (Vaucluse) le 7 octobre 2017

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2020 2 29 /12 /décembre /2020 18:43
Heart À mes lecteurs-trices, à mes ami-e-s, aux membres de ma famille qui me suivent :
À la veille du nouvel an, et en espérant que votre Noël 2020 passé dans des circonstances exceptionnelles vous a réunis dans la sérénité et la joie, je viens vous souhaiter une meilleure année 2021, surtout une bonne santé - la locomotive qui tire tous les wagons de la vie comme je me plais à le dire.
 
Continuez à prendre soin de vous et des vôtres et terminez bien l'année. Ci-après un petit acrostiche avec "Meilleurs Voeux" :
 
Merveilleuse Nature     Rose
Elan vers l'Autre         Blush
Illumination du Monde Sunny
Lumière Brillante         Sparkling heart
Liberté des Peuples     Thinking face
Empathie pour Autrui  Heart Eyes
Utilité de la Bonté       Disappointed relieved
Raison de Vivre          Notes       
Solitude Disparue        Raising hand
 
Vitalité et Santé          Fire
Oraison non Funèbre    Pray
Ensemble pour Agir     Two hearts
Union faisant la Force   Raised hands
Xénophobie Vaincue    Kissing heart
 
AU PLAISIR DE VOUS RETROUVER DANS DES SALONS DU LIVRE LORSQUE QUE CET ÉPISODE SERA ENFIN DERRIÈRE NOUS.
 
Lucile Gauchers
 
 

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2020 5 11 /12 /décembre /2020 17:57

Mon éditeur "ABATOS - Au bout des mots" a prévu des séances de dédicaces à son stand du vendredi 18 décembre au mercredi 23 décembre 2020, de 14 h à 19 h, au SALON DES ÉDITEURS qui aura lieu à la Librairie éphémère sise 6, rue de la République.

 

Je serai le LUNDI 21 DÉCEMBRE après-midi à la librairie et vous présenterai mes quatre ouvrages déjà parus aux Éditions ABATOS :

- Souffles de vies (recueil de nouvelles)

- Déviances ( recueil de nouvelles)

- Une sorcière des temps modernes (roman)

- Histoire d'Anaëlle Binard - La vie ne l'aura pas tuée (roman)

 

Pour le premier roman, une suite est prévue qui portera le titre "Le point de non retour".

 

En cours de parution : "Tuer la mère" (roman). L'histoire d'un homme pris dans une existence tourmentée, sa façon de se protéger par un choix de vie non compris de ses proches, et son aboutissement.

 

J'écris dans le registre romans et nouvelles psychologiques en partant de situations très personnelles vécues par mes personnages, dans lesquelles je fais part de leurs ressentis et de leurs pensées (dualité de sentiments), de leurs choix et de leurs rêves et aspirations.

Dans les deux romans, j'évoque l'enfance du personnage principal qui le conduit à être ce qu'il est ou paraît être à l'âge adulte. Je suis intimement convaincue que l'adulte d'aujourd'hui est le résultat de l'enfant qu'il a été. D'où l'importance pour les parents de leur inculquer des valeurs, d'appliquer une discipline positive par le dialogue et non la maltraitance, de les écouter et de les aider à développer leurs créativité et leurs compétences dans les activités qu'ils auront choisies, en somme de leur faire vivre une vie équilibrée et harmonieuse sans leur cacher les réalités de la vie non plus, en leur donnant des responsabilités adaptées à leur âge, en les encourageant, en leur faisant confiance, en les félicitant... pendant cette période de construction, non seulement physique, mais aussi psychologique. En effet, les blessures de l'enfance, quelles qu'elles soient, peuvent impacter leur future existence.

 

Si vous êtes dans les parages, votre visite à la librairie 6 rue de la République à Saint-Étienne me ferait très plaisir. À bientôt.

 

 

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2020 6 28 /11 /novembre /2020 16:11

- Fin janvier 2020 à Charols (Drôme),

- Fin août à Médeyrolles (Puy de Dôme, limite Haute-Loire au nord),

- En septembre pendant les journées du Patrimoine, pluvieuses hélas donc interrompues (car en plein air) à St Bonnet le Château (Loire),

- Le 4 octobre à Yssingeaux (Haute-loire),

- Le salon Jeunesse à Morières lès Avignon (Vaucluse) le 17 octobre,

- Enfin celui de Yenne (Savoie) où je n'ai pas pu me rendre en raison des restrictions d'horaires (couvre-feu) et la crainte de ne pas arriver chez moi avant l'heure limite au risque de me prendre une amende de 135 € (doublée car je devais m'y rendre avec ma fille !)

Ce sont les seuls salons qui m'ont été possibles en raison des annulations, reports, encore annulations des salons de Brindas (Rhône), Attignat et Meximieux (Ain), Montbrison (Loire), Valence (Drôme),Thenon (Dordogne), Mâcon et Louhans (Saône et Loire), Chamboeuf (Loire), Prades (Haute-Loire), les trois jours à la Fête du Livre de St Étienne (Loire), Apinac (Haute-Loire) etc. Des salons non organisés d'office par AMIPLUME Auteurs Haute-Loire au Puy en Velay (Solstice d'été) et à Brioude (Automne), tout ce temps disponible mis à profit pour écrire certes. Mais sans les salons, des milliers d'auteurs se privent des rencontres avec leurs lecteurs, de la vente et des séances de dédicaces. Nombreux sont ceux qui se retrouvent avec leurs stocks d'ouvrages et se demandent si 2021 sera à l'image de 2020...

Avec le confinement, la lecture était une occasion rêvée pour les personnes aimant lire mais n'ayant pas trop de temps, une autre occupation en dehors de l'écoute de musique et des programmes de télévision.

 

Espérons quand même qu'en 2021, nous verrons le bout du tunnel pour retrouver une vie un peu plus normale tout en restant attentifs aux contraintes sanitaires indispensables pour éradiquer ce Sars-Cov-2 responsable de la maladie Covid-19 qui aura fait de nombreuses victimes parmi la population la plus vulnérable.

 

CONTINUEZ DE PRENDRE SOIN DE VOUS !

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2020 3 30 /09 /septembre /2020 06:56

Quelques salons ont échappé aux annulations :

- dimanche 26 janvier à CHAROLS (26) : une belle journée

- dimanche 30 août à MEDEYROLLES (63) organisé par Nicole Mercier, présidente de Mots et Couleurs de la Loire (dont je suis membre) : il aurait dû s'effectuer sous chapiteau, mais la météo instable nous a réunis dans une salle de la mairie : convivialité au rendez-vous

- samedi 19 et dimanche 20 septembre en extérieur à SAINT-BONNET LE CHÂTEAU (42) pendant les Journées du Patrimoines, organisé par AMIPLUME Auteurs Haute-Loire dont je suis la présidente depuis avril 2019, avec le soutien de la mairie et de la librairie Livresse. Ironie du sort, ce n'est pas le virus qui nous en a tenu éloignés mais la pluie après une semaine estivale sur l'ensemble de la France ! Le samedi, nous avons remballé à 11 h 30 et le dimanche a été purement et simplement annulé. Quelle déveine ! Sur une vingtaine d'auteurs inscrits chaque jour, huit seulement ont pris le risque de se déplacer !

- dimanche 4 octobre à YSSINGEAUX (43) : la première Fête du livre dans cette commune, organisée par la ville et la médiathèque par madame Sandrine Ariès avec le partenariat d'AMIPLUME. À ce jour, il serait maintenu. 36 auteurs inscrits, quatre désistements pour l'instant. Attendons et voyons... en espérant !

- les 17 et 18 octobre à MORIÈRES LÈS AVIGNON (84), pour l'instant maintenu.

- dimanche 25 octobre à YENNE (73) organisé par EVY (Enlivrez-Vous Yenne) sous la présidence de Jean-Marie TERRON, pour l'instant maintenu

- samedi 28 novembre à MONTBRISON (42) prévu initialement le samedi 11 avril (en plein confinement) et reporté à l'automne. Mais aura-t-il lieu ?

 

NB : non inscrite à NANTUA (01), ce salon a eu lieu sur deux jours les 15 et 16 février 2020 malgré le climat un peu anxiogène alimenté par les nouvelles sur le Sars-Cov-2.

Toutes ces incertitudes sont difficiles à vivre, même si, nous, auteur(e)s mettons à profit notre temps libre pour écrire.

 

Les autres salons annulés au premier semestre 2020 ont été :

- Le salon Karine Bouvard à BRINDAS (69) le 29 mars

- MONTBRISON (samedi 11 avril) reporté au samedi 28 novembre (déjà cité ci-dessus)

- MEXIMIEUX (01) les 18 et 19 avril organisé par les Rencontres de Vaugelas, et reporté au 10 et 11 octobre mais annulé à nouveau

- MONTROND LES BAINS (42) le vendredi 8 mai

- BAS EN BASSET (43) le samedi 16 mai organisé par l'association ANIBAL

- VALENCE (26) organisé par l'association Les éditions de l'Arbre Monde les 16 et 17 mai (inscrite pour le 17), reporté aux 26 et 27 septembre (inscrite le 26 septembre) et encore annulé

- THENON (24) le dimanche 24 mai organisé par HaHaHa Éditions

- SAINTE-FLORINE (43) le samedi 6 juin

- MÂCON (71) le samedi 13 juin organisé par l'association Rencontres autour du Livre- Académie de Mâcon

- FEURS (42) le dimanche 14 juin organisé par "Le chaudron des livres". Je devais être hébergée par mon frère et son épouse dans la nuit du 13 au 14, vivant à mi-chemin entre Mâcon et Feurs !

- LE PUY EN VELAY le samedi 20 juin (Salon du solstice d'été organisé par AMIPLUME)

 

Et au second semestre :

- LOUHANS (71) "le salon de la plume et du livre" organisé par les Arcades en fête Louhans-Chateaurenaud le samedi 4 juillet

- CHAMBOEUF (42) "Les balades littéraires" le dimanche 13 septembre

- PRADES (43) organisé par "Le rocher d'écriture" le dimanche 27 septembre

- ATTIGNAT (01) dimanche 11 octobre

- SAINT-ÉTIENNE La fête du livre du 16 au 18 octobre

- APINAC (43)  organisé par "Happy Arts" le samedi 24 octobre

Les salons de Sury le Comtal (42) le 8 novembre, et de Sainte-Foy lès Lyon (69) en novembre aussi (non inscrite cette année), ont aussi été annulés.

 

Quel sort pour les Marchés de Noël ? Quelle désastreuse année 2020 dans tous les domaines d'activités !

 

Le stocks de livres s'amoncellent. Les nouvelles et anciennes parutions peuvent être commandées chez l'éditeur. Pour ma part, chez ABATOS - Au bout des mots à Saint-Étienne : Souffles de vies (juin 2016), Déviances (novembre 2017), Une sorcière des temps modernes (février 2019) et Histoire d'Anaëlle Binard - La vie ne l'aura pas tuée (Juin 2020). Un cinquième ouvrage est en lecture chez mon éditeur : Tuer la mère. Je vous ferai connaître sa date de parution.

 

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2020 1 28 /09 /septembre /2020 20:50

Je ne vais pas refaire l'histoire de l'année 2020. Ce n'est pas l'objet.

 

Oui, les auteur(e)s ont eu le temps d'écrire. Pour ma part j'ai fait paraître un roman en juin 2020  aux Éditions ABATOS - Au bout des mots : "Histoire d'Anaëlle Binard - La vie ne l'aura pas tuée". Puis, un conte illustré pour enfants, accessible aux dyslexiques : "Une poupée pour Nina" a vu le jour fin juillet (en auto-édition). Enfin un troisième ouvrage : une saga familiale intimiste est en cours de lecture chez mon éditeur (Abatos) : "Tuer la mère" (virtuellement bien entendu) en deux parties. La deuxième concerne essentiellement le héros principal de la première partie : sa vie d'adulte, ses aspirations, ses combats, ses ressentis, ses déceptions, ses hésitations, ses choix, avec une fin sur une note d'espoir soufflée par mes filles : Il y a assez de malheurs sur la terre pour tout le monde, n'en rajoute pas sur la fin du roman et fais-le se terminer "bien" pour faire "rêver" les lecteurs, m'ont-elles conseillée.

 

Un petit extrait ci-après :

 

... [La vie a continué et Guilhem s'est repris. Sa colère est passée mais pas sa déception. Son avenir ne sera pas comme il l'avait rêvé : une vie de couple avec la jeune fille qu'il aimait de tout son coeur, en ayant en tête de ne pas renouveler ce qu'il a toujours considéré comme un désastre pour les enfants Renaud d'Avène. Très attentif à son entourage, il l'observait, et il réalisa que peu de familles étaient véritablement harmonieuses. Tantôt l'emprise sur l'autre était le fait de l'homme, tantôt celui de la femme. L'équilibre était difficile à trouver et quand il était atteint, la relation amoureuse du couple se trouvait sur le fil du rasoir et pouvait basculer à tout moment sous l'influence des tensions de vies parallèles, notamment familiales avec les belles-familles à supporter, et professionnelles, etc. qui interféraient parfois insidieusement. En revanche, quand le couple de parents semblait fusionnel, les victimes étaient toutes trouvées, les enfants qui passaient après eux. Pourquoi "semblait fusionnel" ? Bien souvent les apparences sont trompeuses, les protagonistes pouvant être dans l'imposture, l'hypocrisie, les jeux de rôles... même avec leur progéniture.

 

Ce n'était pas pour lui, il était trop authentique et franc pour se comporter "normalement" ! Tout compte fait, il avait décelé dans l'échec de son rêve de jeune homme, une aubaine, un évitement à reproduire pareille situation, qui, au final, l'aurait détruit à petit feu. Pour lui, un engagement devait être respecté des deux côtés, marié ou non, et si un coup de canif était donné accidentellement ou fortuitement dans le contrat d'engagement même "dématérialisé", il ne fallait rien dire pour ne pas faire souffrir l'autre inutilement. En revanche, si la vie commune devait être enfermée et ficelée dans le carcan de conventions et de règles délétères qui empoisonnent l'existence de l'un d'entre eux, voire des deux, l'enfer ne serait plus dans l'au-delà, mais bien sur terre !

 

Pour supporter ou atténuer cette "agonie", et même échapper à son issue fatale, Guilhem s'était jeté à corps perdu dans ses études même si elles n'étaient pas non plus celles qu'il avait choisies, car il visait la réussite professionnelle à défaut de sa vie privée et sentimentale. Relever les défis était pour lui une forme de thérapie et il allait ainsi démontrer qu'il n'était pas le perdant et la mauviette que sa famille avait voulu façonner en l'empêchant de réaliser ses projets de vie, car tout le monde connaissait ses points faibles : hypersensibilité et émotivité, traits de caractère non admissibles pour un garçon, a fortiori un homme ! Quand l'orgueil s'en mêle et détruit tout sur son passage ! Guilhem avait conscience qu'il démarrait sa vie sur des versants glissants qu'il serait amené à gravir avec succès, mais aussi à dégringoler avec des conséquences et des séquelles.

 

Le jeune homme n'avait pas d'autre choix que survivre à ce drame privé qui avait tué en lui tout sentiment amoureux mais surtout tout désir de renouveler cette triste expérience. Certes, il n'y avait pas eu décès physique, mais sa déception fut telle que tout élan vital vers l'autre l'avait quitté sur le plan personnel et intime. Intellectuellement et en pratique, il allait devenir un "technicien" en mettant son dévouement et ses compétences au service des autres, une sorte de "robot" bien paramétré dont les rouages seraient bien huilés. Cependant, comme il était normalement constitué, ses attirances pour la gent féminine le conduisaient à choisir des partenaires intéressantes sur le plan intellectuel, l'aspect sexuel passant au second plan. Sa vie personnelle future allait donc être riche en rencontres, hélas éphémères pour la plupart, car la médaille aux deux faces révélait bien souvent un revers décevant, un aspect qui émergeait plus ou moins rapidement et qui lui était insupportable... ] ...

Copyright le 28 septembre 2020.

Cf. ma page Facebook Lucie Gauchers Ecriture

 

Partager cet article
Repost0
17 juin 2020 3 17 /06 /juin /2020 05:36

La promenade que j'avais entrepris de faire ce matin (15 juin 2020 de 10 h 30 à midi environ) a été plus longue et plus périlleuse que je ne pensais, tout simplement parce que je me suis trompée de chemin. Je n'ai même pas réalisé que le sentier n'était pas balisé !

J'ai donc pris la route pour quitter le village, je suis passée à côté d'un terrain qui m'appartient à droite, j'ai emprunté la route hivernale à gauche et suis ressortie plus loin sur la route descendant à Bas en Basset (43). J'ai poursuivi et j'ai cru reconnaître un chemin par lequel j'avais débouché il y a environ deux ans en partant du village vers le cimetière. Le chemin me paraissait bien, il y avait même des traces de pneus (j'ai compris bien après pourquoi).

Je me suis enfoncée dans les bois, le chemin étant encore assez praticable, il descendait un peu, et je suis parvenue au coeur du massif. À ce moment-là, j'aurais dû rebrousser chemin, ne reconnaissant pas vraiment l'endroit. Je ne l'ai pas fait ! Allez savoir pourquoi !

Et puis, armée de courage ou de bêtise - les deux peut-être -, j'ai continué ma descente de plus en plus périlleuse, je n'avais pas pris mes bâtons de marche inutiles pour la promenade envisagée, mais j'ai ramassé une belle branche au sol, facile à tenir, solide qui a avantageusement remplacé le matériel de randonnée. Fort heureusement pour moi car elle m'a été d'une grande utilité.

Un grondement plus bas m'a laissé penser qu'il y avait un ruisseau qui ne me paraissait pas trop loin. J'ai poursuivi la descente, encore confiante. Erreur, c'était un torrent en fait, d'où le grondement qui me semblait proche...

Le chemin devenait de plus en plus impraticable à cause des ornières et des pierres. J'apercevais encore des traces de pneus, motocross ou quad ? J'ai entrepris de ne pas me déplacer du côté du ravin et de rester le plus possible côté paroi. Les rares fois où je me suis trouvée du côté du ravin, je tenais le bâton d'une main et m'agrippais au tronc des arbres afin de garder mon équilibre.

La fille de Bernadette Lafont m'a accompagnée en pensée pendant mon périple et je posais mes pieds très précautionneusement, m'assurant de la stabilité de leur position, ne voulant pas finir comme elle. J'avoue avoir eu peur, mais je me suis dit qu'il était trop tard pour reculer et qu'il fallait que je poursuive vaille que vaille.

J'ai eu raison, tout en bas, j'ai aperçu le torrent qui dévalait une pente pas très inclinée. Sortie du chemin étroit et très escarpé plongé dans l'ombre des arbres, j'avais le choix entre tourner à gauche ou à droite sur un beau sentier d'un mètre vingt de large qui longeait ledit ruisseau. J'ai tourné à gauche. Bien m'en a pris, c'était la bonne direction, toutefois sans savoir encore où j'allais déboucher.

Confiante, j'ai marché le coeur joyeux quand, tout à coup, je me suis trouvée face au torrent dont les eaux bouillonnantes se fracassaient sur des pierres. Il traversait le beau sentier et de l'autre côté une montée caillouteuse le remplaçait. Quoi faire ? J'avais fait le plus gros. J'ai repéré une grosse pierre qui émergeait de l'eau et d'autres dans la transparence du torrent.

Tenant le bâton d'une main piqué dans l'eau et prenant appui de l'autre main sur la pierre, j'ai réussi à traverser en posant mes pieds sur les pierres, me mouillant jusqu'aux mollets sur lesquels j'ai ressenti la force de l'eau ! Pas grave, j'étais parvenue de l'autre côté...

J'ai grimpé sur l'autre versant, me dirigeant vers le sommet pour trouver le ciel et le soleil. Ce trajet m'a paru très long, non seulement parce qu'il montait et que j'avançais lentement, mais surtout parce que la fatigue s'était bien installée ! Le regard rivé sur la cime des arbres en direction du ciel et de la lumière du soleil, je me donnais du courage en me disant : "Allez encore un effort, tu y es presque. Une fois là-haut tu verras bien !"

Le chemin a subitement débouché sur du goudron : j'étais parvenue au petit camping de Chomont, un hameau de mon village, encore éloigné de plusieurs kilomètres. Je me suis emparé de mon téléphone portable et j'ai appelé ma fille que je savais chez elle. Soulagée de m'être sortie de cet imposant massif boisé, je ne me suis pas senti le courage de marcher encore une bonne heure sans avoir bu ni mangé. Il était déjà 13 heures 40. Aussitôt arrivée, je me suis désaltérée, j'ai pris une bonne douche, puis un petit encas (pas vraiment faim car trop lasse) et j'ai entrepris de vous raconter mon dernier exploit, car, c'est décidé, je n'effectuerai plus ce type de promenade. J'ai conscience d'avoir eu de la chance, je ne la mettrai plus au défi, j'ai passé l'âge ! Lucile Gauchers.

Valprivas le, 15 juin 2020, 15 h 30.

Nota bene : la photo de la couverture est une vue du massif alpin (Mont Blanc) et non du Massif central, Auvergne et Haute-Loire en particulier)

Partager cet article
Repost0