Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de LucileG(43)
  • : Lecture et écriture : deux activités complémentaires qui permettent l'évasion et l'expression. L'objectif de ce blog est de faire connaître et de partager nos informations.
  • Contact

Profil

  • Lucile Gauchers
  • Je me suis mise à l'écriture en Juillet 2008. Déjà parus aux éditions EDILIVRE : 
- À la lumière du pardon (2011)
- Destins - Au-delà des apparences (2012)
- Aimer à en perdre la raison (2015)
Ont suivi : En 2016 : Souffles de vies (éd. Abatos)  - La chanson de Karly (collectif LGO) - En 2017 : La dernière à rester et Piégé (auto-édition) - Déviances (éd. Abatos) - Tome 1 de l'album jeunesse : Les découvertes de Colin et de Coline (auto-édition). En mars 2018, le tome 2 : Les découvertes continuent avec Colin et Coline, et prochainement un petit recueil illustré de textes poétiques. Projets immédiats : terminer un roman commencé et les tomes 3 à 5 de l'album jeunesse. Autres projets  : deux romans (l'un en corrélation avec la Dernière à rester, l'autre une fiction historique en Haute-Loire, un troisième tiré d'une histoire). 
Grande lectrice de romans de société et de thrillers psychologiques, j'aime aussi la poésie et la musique.
  • Je me suis mise à l'écriture en Juillet 2008. Déjà parus aux éditions EDILIVRE : - À la lumière du pardon (2011) - Destins - Au-delà des apparences (2012) - Aimer à en perdre la raison (2015) Ont suivi : En 2016 : Souffles de vies (éd. Abatos) - La chanson de Karly (collectif LGO) - En 2017 : La dernière à rester et Piégé (auto-édition) - Déviances (éd. Abatos) - Tome 1 de l'album jeunesse : Les découvertes de Colin et de Coline (auto-édition). En mars 2018, le tome 2 : Les découvertes continuent avec Colin et Coline, et prochainement un petit recueil illustré de textes poétiques. Projets immédiats : terminer un roman commencé et les tomes 3 à 5 de l'album jeunesse. Autres projets : deux romans (l'un en corrélation avec la Dernière à rester, l'autre une fiction historique en Haute-Loire, un troisième tiré d'une histoire). Grande lectrice de romans de société et de thrillers psychologiques, j'aime aussi la poésie et la musique.

Recherche

Liens

10 mai 2016 2 10 /05 /mai /2016 12:44

Je vais publier ci-après un texte qui n'est pas de moi, mais de mon amie Aïcha VESIN CHERIF, auteure et conteuse pour les enfants, membre de l'Union des Écrivains de la Région Auvergne Rhône-Alpes - tout comme moi -, et responsable de la Librairie des auteurs UERA.

En ce dimanche 8 mai 2016 jour de la tenue du Premier Salon du Livre à VALPRIVAS, commune rurale située au-dessus de BAS-EN-BASSET, Salon destiné, pour cette première fois, à la jeunesse, Aïcha représentait notre président de l'UERA : Jacques BRUYAS.

Marie GARNIER, auteure, et déléguée régionale de l'AFSR (Association Française du Syndrome de Rett) en a été la marraine et a pu s'exprimer sur cette maladie génétique peu courante qui fait l'objet de recherches très poussées pour en découvrir l'origine et trouver un traitement qui améliorerait le sort de tous les malades.

Et maintenant place au très beau texte de Aïcha :

"Monsieur le Maire, Mesdames et messieurs les auteurs, chère Lucile et chère Marie, mesdames et messieurs.

C'est avec un grand plaisir que je viens ici, au nom de l'UERA, Union des écrivains de la région Rhône-Alpes, Auvergne, lancer le premier salon du livre jeunesse de Valprivas.

J'aimerais tout d'abord vous transmettre les amitiés de notre Président Jacques Bruyas qui s'associe à nous par la pensée en ce jour. Je suis pour ma part administrateur et gestionnaire de la librairie des écrivains UERA où je crée des animations autour de nos auteurs.

Je voudrais remercier la municipalité de Valprivas et l'association Val'Anim d'avoir accepté et encouragé la mise en place de ce salon, face à l'initiative, au courage et à la ténacité de notre auteure Lucile Gauchers qui s'est lancée dans cette aventure. Elle a souhaité voir flotter loin nos couleurs UERA, et cette initiative doit être saluée, car face aux jeux vidéo, au tout électronique, aux tablettes, téléphones et gadgets, le livre tient bon la barre et le monde de l'écrit résiste bien pour tous âges.

Son intérêt ? le contact du papier, les pages que l'on tourne, les histoires que l'on s'approprie, les illustrations qui nourrissent l'imaginaire personnalisent le livre. Il est toujours disponible, sans problème de connexion ou de recharge de batterie.

La jeunesse ne s'y trompe pas, qui rêve encore devant les histoires des albums, les contes, les romans jeunesse qui se sont adaptés (Harry Potter est passé par là et a donné un nouveau souffle), et même une certaine poésie gagne les adolescents. J'en veux pour preuve les élèves de lycée et même de SEGPA avec lesquels j'ai travaillé et travaille encore.

Lorsque j'étais enseignante pour élèves en difficulté scolaire, les contes étaient mon support (création ou travail autour de ces derniers), le conte est en effet reconnu désormais comme une thérapie, car au fil du livre l'enfant va lire, relire, s'arrêter sur ce qui le touche le plus, réfléchir, passera les épreuves avec les personnages et constatera que la vie est ainsi faite de bonheurs, de surprises, mais aussi d'épreuves, et que ces dernières peuvent être surmontées.

Il va, au fil de ses lectures, se créer un monde, rêver, mais aussi nourrir et façonner son identité, alors qu'avec les films et jeux vidéo, visionnés sans contrôle, il reçoit les messages sans aucun recul, le cerveau les fixant comme des réalités, nourrissant peurs et angoisses.

La jeunesse est notre avenir, un cadeau précieux qui reçoit tout comme un cadeau, même empoisonné, comme la pomme de Blanche Neige, pensant que tout lui est dû, sans aucune frustration. La lecture, que vous pouvez accompagner, ou que vous pouvez même raconter... va aider l'enfant, l'adolescent à se construire, mais elle va le nourrir de mots, d'expressions qui le soutiendront dans sa vie scolaire pour façonner son esprit, et même son esprit critique et qu'il conservera à l'âge adulte comme un sésame pour communiquer. Le livre est donc un fabuleux trésor que nous devons entretenir. Il est aussi la mémoire de notre culture, et un patrimoine à partager.

Le regain des soirées contes, des balades contées pour tous âges, en est la preuve. Vous avez ici à Valprivas des paysages extraordinaires, des sentiers de randonnée qui pourraient s'y prêter, avec une vue sur le Mont Pilat, les Cévennes, le Grésivaudan, les volcans d'Auvergne et autres chemins aux légendes fabuleuses et mystérieuses. Il est facile aussi de glisser un livre dans son sac et de faire une pause lecture, à l'ombre, La randonneuse que je suis l'a souvent pratiqué, et même les auteurs présents aujourd'hui pourraient se nourrir de si belles contrées, mais aussi de votre patrimoine.

En effet, votre village fut le fief d'Antoine Verd du Verdier, au XVI° siècle, né à Montbrison, magistrat lyonnais ami des poètes de la Pléiade, qui fit aménager dans le style Renaissance le château familial. Il fut aussi auteur de la Bibliothèque Françoise. Érudit, il se constitua une magnifique bibliothèque dont il communiquait volontiers les livres et les manuscrits. Il fut un grand bibliographe, comme Lacroix du Maine avec lequel il fut associé dans des éditions futures. Il est l'auteur de quelques libelles sous son propre nom ainsi que sous son pseudonyme de Pierre (de) (La) Coignée.

Ainsi, avec votre patrimoine géographique et historique, ce premier salon de la jeunesse à Valprivas s'inscrit tout à fait dans l'héritage à transmettre à la jeunesse, mais aussi participe à nourrir l'imaginaire et les esprits afin que les adultes de demain puissent un jour prendre le relai et faire fructifier ce legs.

Rhône-Alpes s'est unie à l'Auvergne, et ensemble nous pouvons construire cet avenir.

J'aimerais aussi, en ce jour, rendre hommage à la marraine de ce salon Marie Garnier. C'est une femme remarquable, tant par son talent d'écrivaine pour enfants, que par sa mobilisation autour du monde du handicap, notamment concernant le syndrome de Rett. Très humaine et gardant toujours le sourire, comme vous pourrez le constater, elle fait rêver les enfants tout en portant son message.

Il est vrai qu'à l'UERA nos auteurs ont aussi un grand cœur et s'investissent bénévolement pour écrire des livres soutenant des associations s'occupant d'enfants malades ou de recherches pour des maladies orphelines (3 ouvrages ainsi réalisés en 7 mois).

Il est temps maintenant de laisser la place à la jeunesse autour de nos auteurs. Je vous souhaite de bonnes découvertes, de bonnes lectures, et même si un premier salon est toujours une aventure, je rêve pour ce jour, comme le disait François Mauriac dans un article du Figaro littéraire, que la "La lecture" soit "une porte ouverte sur un monde enchanté", et Dieu sait qu'en ce moment ce monde est loin d'être une image d'Épinal.

Et c'est de circonstance, bon vent au premier salon jeunesse de Valprivas, et merci à tous."

Et je peux ajouter pour ma part que le vent a été de la partie ce jour-là comme la veille ! Chacune et chacun a contribué à la bonne ambiance et des relations amicales se sont nouées entre auteurs qui ne s'étaient pas encore rencontrés, ou qui s'étaient tout juste croisés dans des salons plus importants.

,

Partager cet article

Repost0

commentaires