Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de LucileG(43)
  • : Lecture et écriture : deux activités complémentaires qui permettent l'évasion et l'expression. L'objectif de ce blog est de faire connaître et de partager nos informations.
  • Contact

Profil

  • Lucile Gauchers
  • Je me suis mise à l'écriture en Juillet 2008. Déjà parus aux éditions EDILIVRE : 
- À la lumière du pardon (2011)
- Destins - Au-delà des apparences (2012)
- Aimer à en perdre la raison (2015)
Ont suivi : En 2016 : Souffles de vies (éd. Abatos)  - La chanson de Karly (collectif LGO) - En 2017 : La dernière à rester et Piégé (auto-édition) - Déviances (éd. Abatos) - Tome 1 de l'album jeunesse : Les découvertes de Colin et de Coline (auto-édition). En mars 2018, le tome 2 : Les découvertes continuent avec Colin et Coline, et prochainement un petit recueil illustré de textes poétiques. Projets immédiats : terminer un roman commencé et les tomes 3 à 5 de l'album jeunesse. Autres projets  : deux romans (l'un en corrélation avec la Dernière à rester, l'autre une fiction historique en Haute-Loire, un troisième tiré d'une histoire). 
Grande lectrice de romans de société et de thrillers psychologiques, j'aime aussi la poésie et la musique.
  • Je me suis mise à l'écriture en Juillet 2008. Déjà parus aux éditions EDILIVRE : - À la lumière du pardon (2011) - Destins - Au-delà des apparences (2012) - Aimer à en perdre la raison (2015) Ont suivi : En 2016 : Souffles de vies (éd. Abatos) - La chanson de Karly (collectif LGO) - En 2017 : La dernière à rester et Piégé (auto-édition) - Déviances (éd. Abatos) - Tome 1 de l'album jeunesse : Les découvertes de Colin et de Coline (auto-édition). En mars 2018, le tome 2 : Les découvertes continuent avec Colin et Coline, et prochainement un petit recueil illustré de textes poétiques. Projets immédiats : terminer un roman commencé et les tomes 3 à 5 de l'album jeunesse. Autres projets : deux romans (l'un en corrélation avec la Dernière à rester, l'autre une fiction historique en Haute-Loire, un troisième tiré d'une histoire). Grande lectrice de romans de société et de thrillers psychologiques, j'aime aussi la poésie et la musique.

Recherche

Liens

31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 10:34

P5280242

 

Louis Saïs (nouveau membre de l'UERA), physicien, astronome et auteur de théâtre. Il est en pleine discussion avec Janine, la cousine de Lucile Gauchers. 

Monsieur Saïs a été professeur de physique pendant plus de 37 ans, au Lycée Ampère et au Lycée du Parc à LYON. 

L'ouvrage qu'il a présenté à Pusignan s'intitule Le paysan et le général. L'histoire se déroule dans un pays imaginaire, une nation agricole, sans armée. Les habitants de ce pays craignent le pillage, par leurs voisins, de leurs récoltes particulièrement abondantes, et décident de créer une armée parmi des volontaires - d'abord armée de terre, puis armée de l'air -, afin de les protéger. Une belle histoire aussi sur l'amitié entre un paysan devenu général et un pilote d'avion, étayée de nombreux regards sur la société.


 

P5280257

 

Noël Durand, très concentré sur ses notes - pas de perte de temps pour les prochains ouvrages ! - à la droite de Lucile Gauchers. 

Noël, originaire de Caluire, a présenté son roman La forêt du dieu cornu, une fiction humoristique qui a pour cadre la Gaule rhodanienne, au pays des allobroges, qui s'étend de Vienne (38) en passant par Aix-les-Bains, Annecy, et Grenoble, capitale des allobroges au IIIème siècle de notre ère sous le nom de Gratianopolis, de l'empereur romain Gratien décédé à Lugdumum (Lyon).


 

P5280259Jean-Jacques Karagueuzian - à droite sur la photo - a traduit les Mémoires de son grand-père maternel Tatéos Minassian, publiées à Paris en 1957, relatant le génocide arménien.

Sa maison d'édition : BKF édition. B pour Berdjouhi, le prénom de sa mère ; K pour Kevork, le prénom de son père (Georges en français) ; F pour la fondation au nom de ses parents.

J'ai appris par Jean-Jacques que l'alphabet arménien comporte 38 letrres - six lettres de plus que l'alphabet russe qui en compte 32 !

 

 

 

 

 

Je termine par Frédéric Mermet, dont je n'ai pas la photographie. Il a échangé avec moi son ouvrage,Les orpailleurs de l'impossible (textes poétiques) contre mon roman intimiste À la lumière du pardon.


 

J'espère que je pourrai participer l'année prochaine au prochain festival Jean Parédès à Pusignan. 

 


 


Partager cet article

Repost0

commentaires