Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de LucileG(43)
  • : Lecture et écriture : deux activités complémentaires qui permettent l'évasion et l'expression. L'objectif de ce blog est de faire connaître et de partager nos informations.
  • Contact

Profil

  • Lucile Gauchers
  • Je me suis mise à l'écriture en Juillet 2008. Déjà parus aux éditions EDILIVRE : 
- À la lumière du pardon (2011)
- Destins - Au-delà des apparences (2012)
- Aimer à en perdre la raison (2015)
Ont suivi : En 2016 : Souffles de vies (éd. Abatos)  - La chanson de Karly (collectif LGO) - En 2017 : La dernière à rester et Piégé (auto-édition) - Déviances (éd. Abatos) - Tome 1 de l'album jeunesse : Les découvertes de Colin et de Coline (auto-édition). En mars 2018, le tome 2 : Les découvertes continuent avec Colin et Coline, et prochainement un petit recueil illustré de textes poétiques. Projets immédiats : terminer un roman commencé et les tomes 3 à 5 de l'album jeunesse. Autres projets  : deux romans (l'un en corrélation avec la Dernière à rester, l'autre une fiction historique en Haute-Loire, un troisième tiré d'une histoire). 
Grande lectrice de romans de société et de thrillers psychologiques, j'aime aussi la poésie et la musique.
  • Je me suis mise à l'écriture en Juillet 2008. Déjà parus aux éditions EDILIVRE : - À la lumière du pardon (2011) - Destins - Au-delà des apparences (2012) - Aimer à en perdre la raison (2015) Ont suivi : En 2016 : Souffles de vies (éd. Abatos) - La chanson de Karly (collectif LGO) - En 2017 : La dernière à rester et Piégé (auto-édition) - Déviances (éd. Abatos) - Tome 1 de l'album jeunesse : Les découvertes de Colin et de Coline (auto-édition). En mars 2018, le tome 2 : Les découvertes continuent avec Colin et Coline, et prochainement un petit recueil illustré de textes poétiques. Projets immédiats : terminer un roman commencé et les tomes 3 à 5 de l'album jeunesse. Autres projets : deux romans (l'un en corrélation avec la Dernière à rester, l'autre une fiction historique en Haute-Loire, un troisième tiré d'une histoire). Grande lectrice de romans de société et de thrillers psychologiques, j'aime aussi la poésie et la musique.

Recherche

Liens

7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 05:25

Mon frère Antoine dans le cadre de la fête de la musique 2011, pour les adeptes des Beatles, le 20 juin 2011, à Roanne (42).

C oncert donné fin octobre 2010 à Letra, petite commune au nord de Lyon. La salle était comble, des personnes sont même restées debout par manque de sièges. L'ambiance a été du tonnerre. Avec le groupe, des représentations sont régulièrement organisées. Le prochain concert est annoncé par la Mairie de Roanne, voir ci-dessous :


Sweet 60’s Band

20/06/2011

20h - Musée Joseph Déchelette (entrée par la Cour du Musée ou par les Jardins du Musée)
Dans le cadre de la Fête de la Musique 2011

Le Sweet 60's Band fait revivre les standards des Beatles pour des moments de plaisir et de nostalgie.

Avec Martin Fisher : chants & harmonicas, Johnie Pow : guitares et voix, Gilbert Gueffier : batterie et voix et Antoine Mancini : guitare basse et voix

Lieu(x) associé(s)

Tous les évènements Fête de la musique

Tous les évènements de l’agenda

Contactez la mairie

Place de l'Hôtel de Ville
42300 ROANNE

Tél  : 04 77 23 20 00
Fax : 04 77 23 21 90

Horaires d'accueil
Du lundi au vendredi
de 8h à 12h et de 13h30 à 17h30

Plus de contacts

Partager cet article

Repost0
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 10:13

Les actifs ont peut-être pu bénéficier d'un long week end pour l'Ascension - désolée pour celles et ceux qui ont travaillé vendredi, et qui travaillent encore ce week end ! Après un mois de mai qui a frisé la canicule (Cf. sécheresse préoccupante pour les agriculteurs et éleveurs), la pluie et le froid sont au rendez-vous pour ce début du mois de juin. Si la météo est prévisible, elle n'est malheureusement pas maîtrisable ! Alors, l'adage "faire la pluie et le beau temps"  ne s'applique pas vraiment à nous - pauvres humains -, au sens propre du terme. Pluie, la nuit, et soleil la journée ! Ce serait trop beau ...

En revanche, nous pouvons occuper notre temps comme bon nous semble, et selon nos moyens. Par exemple, pour celles et ceux qui sont de mariage, on se console avec  "Mariage pluvieux, mariage heureux"  ! Oui, mais pour combien de temps ! Allez, souriez, le jour de son mariage, c'est jour de fête - Carpe diem !  Il y a aussi les ballades à la campagne et dans les bois, avec un bon Kway, un imperméable et/ou parapluie, sans oublier les chaussures bien étanches et confortables, et pourquoi pas, le bâton du randonneur. Et puis, le farniente, vous connaissez ! Un petit week end pour se reposer, faire des mots croisés, lire des romans, regarder la télévision ou des DVD, écouter de la musique, ... la liste n'est pas limitée !

 

Sur l'activité littéraire, je n'ai, pour l'instant, pas grand chose à dire, Clémentine, notre secrétaire à l'UERA se chargeant d'annoncer, aux adhérents, les événements littéraires. Alors à tous, je souhaite un bon week end, sous le soleil ou la pluie, - qu'importe -, du moment que nous sommes avec les personnes qui nous aiment et que nous aimons !

Partager cet article

Repost0
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 10:34

P5280242

 

Louis Saïs (nouveau membre de l'UERA), physicien, astronome et auteur de théâtre. Il est en pleine discussion avec Janine, la cousine de Lucile Gauchers. 

Monsieur Saïs a été professeur de physique pendant plus de 37 ans, au Lycée Ampère et au Lycée du Parc à LYON. 

L'ouvrage qu'il a présenté à Pusignan s'intitule Le paysan et le général. L'histoire se déroule dans un pays imaginaire, une nation agricole, sans armée. Les habitants de ce pays craignent le pillage, par leurs voisins, de leurs récoltes particulièrement abondantes, et décident de créer une armée parmi des volontaires - d'abord armée de terre, puis armée de l'air -, afin de les protéger. Une belle histoire aussi sur l'amitié entre un paysan devenu général et un pilote d'avion, étayée de nombreux regards sur la société.


 

P5280257

 

Noël Durand, très concentré sur ses notes - pas de perte de temps pour les prochains ouvrages ! - à la droite de Lucile Gauchers. 

Noël, originaire de Caluire, a présenté son roman La forêt du dieu cornu, une fiction humoristique qui a pour cadre la Gaule rhodanienne, au pays des allobroges, qui s'étend de Vienne (38) en passant par Aix-les-Bains, Annecy, et Grenoble, capitale des allobroges au IIIème siècle de notre ère sous le nom de Gratianopolis, de l'empereur romain Gratien décédé à Lugdumum (Lyon).


 

P5280259Jean-Jacques Karagueuzian - à droite sur la photo - a traduit les Mémoires de son grand-père maternel Tatéos Minassian, publiées à Paris en 1957, relatant le génocide arménien.

Sa maison d'édition : BKF édition. B pour Berdjouhi, le prénom de sa mère ; K pour Kevork, le prénom de son père (Georges en français) ; F pour la fondation au nom de ses parents.

J'ai appris par Jean-Jacques que l'alphabet arménien comporte 38 letrres - six lettres de plus que l'alphabet russe qui en compte 32 !

 

 

 

 

 

Je termine par Frédéric Mermet, dont je n'ai pas la photographie. Il a échangé avec moi son ouvrage,Les orpailleurs de l'impossible (textes poétiques) contre mon roman intimiste À la lumière du pardon.


 

J'espère que je pourrai participer l'année prochaine au prochain festival Jean Parédès à Pusignan. 

 


 


Partager cet article

Repost0
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 10:06

P5280243

Sur cette photo : Clémentine Lafon, Bernard Jadot, Noël Durand et Hervé Rigot-Muller, des auteurs ayant répondu à l'invitation de Jacques Bruyas afin de participer au premier festival Jean Parédès de Pusignan.

 

P5280244 

Hervé et Clémentine, tout sourire !


 

P5280251

 

Aïcha, qui a aussi participé au Printemps des poètes 2011, au Fort de Vaise. Ses ouvrages :

- Métouia Secrets d'oasis (documentaire sur la Tunisie)

- Métouia Oasis de solidarité (recueil de poésie et de photographies)

- Chemin de plumes (recueil de poésie)

- Cartes postales diverses commentées d'une phrase poétique


 

P5280250

 

Eugénie Opou, accompagnée de son conjoint Eric Opou. Ses ouvrages :

- La reine Ngalifourou (Souveraine des Téké et dernière souveraine d'Afrique Noire)

- Le royaume Téké

- Sa-Mana au croisement des bourreaux (L'histoire d'une jeune fille, Namasa)

 

Son site : www.eugenieopou.com   ou   .org

 

 

L'article suivant, avec Louis Saïs, Noël Durand, J.J. Karagueuzian et Frédéric Mermet.


Partager cet article

Repost0
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 07:12

P5280247

P5280252 1.  2.

1. Mme Solange Jullien-Garcia, bibliothécaire à la Mairie de Pusignan.

2. À droite de l'entrée de la salle, on distingue - de droite à gauche sur la photo : Jean-Jacques Karagueuzian, Louis Saïs, Janine (cousine de Lucile Gauchers), Noël Durand et derrière lui, debout, Clémentine Lafon secrétaire de l'UERA, à côté d'elle Hervé Rigot-Muller.

 

L'accueil au premier festival Jean Parédès de Pusignan a été très chaleureux. Mme Jullien-Garcia et son équipe nous ont très bien reçus.

 

À l'arrivée, un café et des viennoiseries ; une salle spacieuse (photos 1 à 4), un stand à l'entrée, à gauche, où les visiteurs ont pu se procurer, pour douze euros, le petit livre LES EXTRAVAGANCES DE MONSIEUR PAREDES (Editions Les Grilles d'Or).  

 

Dans le coin opposé, un stand dédié à Jean Parédès (Cf. un précédent article).

 

De plus, une initiative formidable de Mme Jullien-Garcia a été très appréciée des écrivains participant au salon du livre. En effet, elle nous a proposé d'acquérir un exemplaire de nos ouvrages pour alimenter la bibliothèque municipale et diversifier les genres auprès des adhérents de la bibliothèque. 

 

 

P5280245P52802484.

3. La salle, mur de gauche. On aperçoit au fond, en rouge, Eugénie Opou.  

 

4. Le côté opposé, où l'on distingue, au milieu, Aïcha Cherif, auteur de poésie.

 

Partager cet article

Repost0
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 20:49

Jean, René, Célestin Parédès est né le 17 octobre 1914 à Pusignan, dans le quartier de Monceras, où il reste avec ses grands-parents et sa mère jusqu'au retour de son père, parti à la guerre.

 

Son père, José Ariza Parédès, est espagnol. Il est âgé de 36 ans quand il émigre en France, vers 1910. Il s'installe avenue d'Iéna à Paris. Puis il se marie le 2 octobre 1913, à Pusignan, avec mademoiselle Clotilde Allarousse, une fille du pays, âgée de 29 ans, qui, davantage attirée par le côté artistique (chant, théâtre) que par le tissage de la soie, monte dans la capitale très jeune. Le Maire de l'époque, Vincent Ravet, célèbre leur mariage lors de son premier mandat (1912 à 1920).

 

Au retour du front, José emmène sa famille à Paris et s'installe vers Montmartre. Jean  développe très tôt le goût de la scène. À l'école, il est dissipé, montre un esprit frondeur et perturbe la classe. Il passe ses vacances dans la maison familiale, à Pusignan, jusqu'en 1932 environ, en compagnie des autres enfants du village, qu'il amuse avec ses histoires et ses scenari sortis tout droit de son imagination fertile.

 

À Paris, Jean poursuit des études secondaires et commerciales, et découvre le théâtre. Il entre au Conservatoire national d'art dramatique dans la classe de Georges Le Roy, et, en 1939, il en sort titulaire d'un second prix de comédie, ce qui lui vaut de commencer une carrière de comédien (théâtre et cinéma), puis de chanteur d'opérettes. Il ne revient dans la maison familiale qu'après la guerre, vers 1947-48, où il retrouve avec plaisir ses amis d'enfance. Il tourne aussi dans des feuilletons télévisés, dans les années 1960. Il enregistre un disque en 1977 et tourne encore quelques films et téléfilms dans les années 1980.

 

Il décède le 12 juillet 1998 des suites d'une crise cardiaque, à la Seyne sur Mer, dans le Var, où il s'était installé pour couler une retraite bien méritée, ne revenant que très épisodiquement dans son village natal. Le 16 juillet, il est inhumé, près de la première église de Pusignan, dans le petit cimetière de Moifond où reposent les membres de sa famille. 

 

Merci à Jacques Bruyas d'avoir eu l'idée de rendre hommage à cet acteur français, et d'avoir créé et mis sur pied le premier festival Jean Parédès à Pusignan.

 

Merci à la commune de Pusignan d'avoir adhéré à cette idée.

 

Le prochain article évoquera le rôle et l'accueil de Mme JULLIEN-GARCIA, bibliothécaire à la Mairie de Pusignan.

Partager cet article

Repost0
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 12:17

Samedi 28 mai 2011, premier festival Jean Parédès à PUSIGNAN (69),

commune située à l'est de LYON

 

Dans la collection Mémoriales, les éditions Les Grilles d'Or ont fait paraître un petit livre intitulé LES EXTRAVAGANCES DE MONSIEUR PEREDES. Ci-après, vous pourrez lire, en intégralité, la préface de monsieur Gilbert MARBOEUF, Maire de Pusignan :

 

Le premier festival "Jean Parédès de Pusignan" est né d'une rencontre.


Celle des habitants de notre commune avec l'écrivain Jacques Bruyas, lors de la présentation d'un livre édité par la Direction du Développement Durable de l'Aéroport Saint-Exupéry.

 

Lors de cette soirée dédicace, Jacques Bruyas évoqua Jean Parédès, enfant de Pusignan, et, très vite, l'idée de rendre hommage à un de nos illustres aîné prit corps.

 

Pour la première édition du festival Jean Parédès, nous avons voulu une série de manifestations resserrées en une journée, où écrivains, musiciens, comédiens... rendront, à leur manière, hommage à notre gloire locale.

 

Nous avons retenu aussi l'idée d'un petit livre, celui que vous avez entre les mains, livre singulier, puisqu'essentiellement tourné en vers par Jacques Bruyas au regard des souvenirs et anecdotes, que plusieurs d'entre nous lui ont confiés.

 

L'affection est de mise, et dans ce livre, on retrouve aussi le long monologue imaginaire que le grand comédien, Michel Le Royer, interprétera ce samedi 28 mai 2011 à 19 h 30 à l'Odyssée.

 

Ce livre est le vôtre.

 

Appropriez-vous cette évocation originale de notre grand acteur, et longue vie au festival Jean Parédès de Pusignan.P5280249.JPGStand dédié aux souvenirs de Jean Parédès, au centre culturel de l'Odyssée, salle Jules Verne.


Vous pourrez remarquer, au centre de la vitrine, une photographie d'Edith Piaf - en partie cachée par la traverse verticale en bois -, que cette dernière avait dédicacée à Jean, dans ces mots : "Pour la paix de nos disputes et le commencement d'une grande amitié".

 

P5280246.JPGJacques Bruyas, écrivain et éditeur Les Grilles d'Or (LYON)

 


Partager cet article

Repost0
29 mai 2011 7 29 /05 /mai /2011 20:38

Au cours de la semaine, je publierai des photos et des articles sur quelques auteurs que j'ai rencontrés lors du salon du livre. Je n'ai pas pu collecter des renseignements sur tout le monde, faute de temps puisque j'exposais aussi. Cependant, j'ai bien failli ne pas pouvoir participer au salon !

 

En effet, j'ai dû me rendre, le matin même, au centre Chronopost à Décines pour récupérer mon colis, alors que l'étiquette comportait bien l'adresse complète et le nom de ma mère, chez qui j'avais demandé à faire livrer mes livres. Donc je confirme que l'expéditeur a libellé correctement son envoi, et qu'il y a bien eu une faille lors des deux livraisons, - début mai (en colissimo) et fin mai (en chronopost) ; je vous renvoie à mon avant-dernier article "Ah la poste et les transporteurs associés"  ! Heureusement que la commune de Décines n'est pas trop éloignée de Pusignan ! ...

 

Vous vous demandez peut-être quelle faille quand la livraison aurait dû s'effectuer dans une résidence pour personnes âgées, comportant quatre-vingts petits appartements, avec un hall comme celui d'un hôtel, le bureau de la directrice, du secrétariat ainsi que le bureau des infirmières etc ... et les boîtes aux lettres à l'intérieur ; immeuble dont la double porte d'entrée est vitrée, mais fermée pour raison de sécurité. Pas d'interphones individuels, mais un interphone général, avec une pancarte indiquant qu'il faut sonner et s'annoncer. Alors, cherchez l'erreur ! Certains résidents font livrer leurs courses sans problèmes (épicerie, surgelés). Les locataires reçoivent leur courrier, leurs revues, leurs petits paquets dans leur BAL individuelle, et le secrétariat récupère les éventuels colis plus importants. Le motif de non livraison restera un mystère, et j'ai abandonné l'idée d'envoyer une réclamation. À quoi bon perdre son temps, puisqu'au final, j'ai pu récupérer mon colis à temps - même si je suis arrivée à la salle de l'Odyssée avec une demi-heure de retard !  

 

À bientôt pour la suite ...

Partager cet article

Repost0
27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 09:50

Je reviens au salon de Brindas. Dans mon précédent article, je n'ai pas mentionné la présence de Jean Anglade, qui nous a fait l'honneur d'être parmi nous ce dimanche 20 février 2011, dans cette jolie commune de Brindas située à l'ouest de Lyon.

 

Il apparaît sur la photographie, à droite,P2200130

pendant l'allocution de madame le Maire de Brindas.

 

Je ne suis pas encore très performante. Merci pour votre compréhension.

À bientôt.

Lucile

Partager cet article

Repost0
26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 05:56

J'espère que je recevrai les exemplaires de mon roman à temps ! Figurez-vous que mon colis n'a pas été distribué À DOMICILE comme prévu, et qu'il est reparti chez l'expéditeur. Ggrrr !

Non seulement, il n'a pas été livré, mais l'avis de retrait, pfff, parti dans les oubliettes et non dans la boîte aux lettres. Difficile d'aller chercher le paquet dans ces conditions ! Et ce n'est pas la première fois !

Mains et pieds pour conduire le véhicule, en fait que des automatismes ! Et même plus besoin de chercher la rue avec le GPS ! Mais pour ce qui est de penser et de réfléchir, pas le temps, il faut aller vite, vite, vite, et rogner sur le temps de livraison !

 

Allez, assez rouspété, cela ne changera rien. Espérons seulement que le "second" envoi ne soit que le dernier ! A propos, connaissez-vous la différence entre deuxième et second ?

En utilisant le terme deuxième, il y a une suite. En revanche, l'utilisation de second suppose que la numération s'arrête là. Par exemple, si j'emploie "mon second enfant", cela indique que je n'en ai que deux - pour l'instant ! Mais si je dis ma deuxième fille, je laisse entendre que j'en ai au moins une autre ! Ce sont les subtilités de la langue française, qui la rendent si précise et nuancée ... ! photo2010_0005.JPG 

 

Ce n'était pas le lieu de livraison, mais j'aurais peut-être eu plus de chance d'être livrée dans le beau château de la Belle au bois dormant à Eurodisney !  Il est permis de rêver, n'est-ce pas ! ...

Partager cet article

Repost0